Discipliner et surveiller Le logement des travailleurs algériens de 1920 à 1980

Yves FREY , agrégé et docteur en histoire, chercheur au CRESAT .

 

            Vous aurez remarqué que dans le titre que je donne à mon intervention Discipliner et surveiller, j’ai démarqué le titre de l’ouvrage de Michel Foucault paru en 1975 Surveiller et punir, en supprimant le terme punir qui, pour Michel Foucault, renvoyait à enfermement et prison. J’aurais pu le maintenir si je m’étais littéralement référé aux discours des grévistes des foyers SONACOTRA des années 1970 qui assimilaient ces foyers à de véritables prisons. J’aurais alors commis un abus de langage car surveiller n’implique pas forcément emprisonner. Reste la question du discipliner. Toute société a besoin de discipline et c’est un des rôles de l’école d’éduquer les enfants et adolescents à cette discipline sociale, comme ça l’était, entre autres, précédemment du service militaire. L’adulte ainsi formé devenait un acteur du contrôle social, à la fois comme contrôleur et comme contrôlé. Mais cette règle générale ne valait que pour les habitants nés en France. Les immigrés qui arrivaient pour travailler, déjà adultes, n’avaient pas suivi ce cursus. Ils étaient réputés sinon dangereux, du moins inégalement adaptés à la vie en France et dans la société française. Parmi eux, la plus mauvaise place, tout au bas de l’échelle, était occupée par les travailleurs coloniaux qui, bien que français, n’en étaient pas moins sujets de l’Empire et non pas citoyens de l’État-nation impérial (expression de l’historien américain Gary Wilder). Très, très rarement passés par l’école et par l’armée, en phase de clochardisation en Algérie même après le deuxième guerre, suivant l’expression de Germaine Tillon, ils menaçaient de contaminer la population métropolitaine en arrivant en France.

C’est à partir de ce constat que s’est construite la problématique du logement des Algériens en métropole. De 1920 à 1980, la réponse prend trois formes. La première est celle de l’isolement, du cordon sanitaire si l’on peut dire, qui dure pendant tout l’entre-deux-guerres, la deuxième correspond à l’apprentissage de ce que Norbert Elias appelait la manière d’être français et qui ne dure qu’une quinzaine d’années de 1945 à 1960, car la guerre d’indépendance algérienne change la donne. La troisième forme est celle d’une surveillance politique pour décourager les adhésions au FLN, mais après l’indépendance la surveillance se maintient car le pouvoir craint la collusion ente les travailleurs algériens et les éléments les plus révolutionnaires de la classe ouvrière. La tension culminera avec la grève des loyers dans les foyers SONACOTRA de 1973 à 1980.

 

I – L’ENTRE-DEUX-GUERRES : L’ISOLEMENT[1]

            Rappelons brièvement le contexte des années 1920 : 173 000 Algériens ont servi dans l’armée, 25 000 ont été tués ou portés disparus et 72 000 blessés[2].À ces militaires, il faut ajouter les civils venus travailler, notamment dans les usines : 50 000 environ de juillet[3] 1914 à décembre 1916, période pendant laquelle la libre circulation entre l’Algérie et la France était garantie, 78 000 de décembre 1916[4] à mai 1919, période pendant laquelle l’administration reçut le monopole du recrutement des travailleurs coloniaux (réquisitions) qui possédaient un contrat de travail stipulant leur retour au pays aux frais de l’État. On pouvait penser qu’après la guerre et sa saignée démographique, qu’avec les besoins de la reconstruction et du nettoiement des champs de bataille, cette main-d’œuvre était destinée à rester  et même à voir son nombre augmenter. La loi du 15 juillet 1914 garantissant la libre circulation entre la colonie et la métropole retrouvait vigueur après le conflit. Aucun obstacle n’existait donc pour le recrutement des travailleurs algériens en métropole. Or, ils devinrent des indésirables sur le marché du travail métropolitain. Laurent Bonnevay, député du Rhône et rapporteur d’une commission parlementaire sur ce sujet, l’exprimait très clairement le 25 novembre 1920 : « Faire appel à la main-d’œuvre d’origine européenne, de préférence à la main-d’œuvre coloniale ou exotique, en raison des difficultés d’ordre social ou technique que pourrait faire naître la présence sur le sol français d’éléments ethnographiques [sic] trop nettement distincts du reste de la population… »[5].

Des indigènes indésirables

                       Le 10 mai 1919, Clemenceau écrivait au commandant du dépôt des travailleurs coloniaux à Marseille (regroupés ici avant l’embarquement pour l’Algérie) : « à partir du 15 mai 1919, […] les travailleurs nord-africains […] seront tous rapatriés sans exception et ne seront plus autorisés à renouveler leur contrat »[6]. Mais tous ne rentrèrent pas. André Nouschi estime à 60 000 le nombre de ceux restés en métropole, Charles-Robert Ageron à 36 000. Ce furent en tout cas, plusieurs dizaines de milliers d’Algériens qui décidèrent de rester en métropole, sans pièce d’identité et sans aucune contrainte. Il faut dire que la disette qui régnait en Algérie en 1919, puis la famine de 1920/21 ne les poussait pas à rentrer au pays. Bien plus, dès 1922, le nombre des entrées connut une forte hausse. Comme la loi du 15 juillet 1914 ne pouvait pas être abrogée (risque d’agitation dans la colonie où se répandait la revendication nationale), le gouvernement utilisa à partir de 1924 une grande panoplie de règlementations souvent illégales pour limiter, voire juguler l’exode (décrets de 1926 et 1928)[7] : exigence pour les candidats au départ de papiers d’identité avec photo, de certificat médical, de certificat d’embauche, dépôt d’un pécule représentant la somme nécessaire au retour. Cependant ces différentes mesures n’empêchèrent pas la traversée de la Méditerranée, soit par des moyens détournés et clandestins, soit en bénéficiant de faux papiers dont les filières se mirent en place dès 1926. Aussi, alors que le nombre officiel des immigrés algériens diminue notablement, celui de ceux en situation irrégulière augmente. La principale différence entre eux, c’est que les seconds peuvent être exclus des programmes d’aide sociale. Il existe donc une contradiction ente le recrutement de travailleurs étrangers (conventions signées dès 1919 avec la Pologne, la Tchécoslovaquie, l’Italie puis la Yougoslavie) et le renvoi des Algériens, Français mais de seconde zone.

Comme l’indiquait le rapport de Laurent Bonnevay à la Chambre, les Algériens étaient indésirables pour des raisons ethnographiques (en fait ethniques), soyons clairs, pour des raisons racistes et colonialistes. Le racisme se logeait principalement dans la représentation fantasmée de la sexualité fantasmée des Algériens considérés comme des vicieux. Leur supposée déviance sexuelle était liée à leur race. Il fallait donc les maintenir dans une situation d’isolement et tout faire pour qu’ils n’approchent pas les métropolitaines. En effet c’étaient elles, femmes de petite vertu ou non, qui exacerbaient leur sexualité déjà exubérante. L’administrateur de la commune de Mizrana pouvait écrire que les Algériens, désormais « se [croyaient] tout permis, habitués à de bien coupables privautés de la part d’écervelées dont l’étrange conduite [a] fait grand tort au bon renom de nos[8] Françaises dans l’esprit des indigènes qui malheureusement généralisent »[9]. Il faut remarquer l’expression nos femmes, marque de propriété de la gent masculine qui doit contrôler leur sexualité. Ce qui transparaît également, c’est que les Algériens ne peuvent s’intéresser qu’à des « écervelées » ou pour le dire autrement qu‘ils ne peuvent avoir avec des femmes que des relations délinquantes ou de prostitution. Mais surtout se manifestait en Algérie ce racisme qui se traduisait dans la crainte que les Algériens, contaminés par la vie en métropole, ne « prennent » des Européennes et qui visait à empêcher tout métissage. Ce racisme rejoignait le colonialisme ordinaire. Les Algériens ne pouvaient s’allier avec des Européennes car ils étaient leurs domestiques, et domestiques ils devaient rester. En métropole, les Algériens avaient découvert qu’ils pouvaient être traités autrement qu’ils ne l’étaient dans la colonie, qu’ils n’avaient pas forcément à endurer la discrimination, en fait un apartheid qui ne disait pas son nom, qu’ils pouvaient obtenir un salaire identique aux autres ouvriers, qu’ils pouvaient être autonomes et respectés, qu’ils pouvaient même envisager leur émancipation. Aussi le lobby colonial fit tout pour s’opposer à l’émigration qui le privait d’une main-d’œuvre abondante, docile et peu payée. D’autant que ces travailleurs, de retour au pays, pouvaient répandre les idées d’émancipation sociale et politique. Le nationalisme naissant pourrait y recruter des militants. La poursuite de l’émigration faisait courir un risque à la souveraineté française en Algérie. L’Étoile nord-africaine (ENA) créée en 1926, avance des revendications nationalistes sous l’influence de Messali Hadj, dès 1927.

Le système colonial en métropole

                       Les Algériens non seulement sont des indésirables, mais ils sont de plus en plus confinés dans l’isolement. Ce sont des hommes seuls. Jusqu’en 1936, il était interdit aux femmes algériennes d’émigrer en métropole. Leur représentation exotique et orientaliste relevait d’une ethnologie coloniale (mise en cause par Germaine Tillon) renforcée par les tableaux de Delacroix et les descriptions de Maupassant. Mystérieuses et lascives, elles n’étaient pas considérées, à la différence des Piémontaises ou des Silésiennes, comme pouvant être les femmes qui repeupleraient la France d’autant qu’elles augmenteraient dangereusement le nombre des colonisés en métropole. Ce ne n’est qu’avec le Front Populaire qui en revint à la politique de libre circulation instaurée par la loi de juillet 1914, que les Algériennes purent s’installer en France, en petit nombre toutefois.

Ces hommes, déjà seuls, sont en outre de plus en plus tenus éloignés de la société française. Car ils font peur. Pierre Godin[10], conseiller municipal de la ville de Paris et qui appartenait au milieu colonial, écrivait en septembre 1925 dans le Bulletin de l’Afrique française : « […] de trop nombreux contingents d’indigènes nord-africains, n’ayant plus rien, qu’on se rassure, des harkas sarrasines écrasées par Charles Martel à Poitiers, s’infiltrent à pas de loup en France, sous les apparences de boueurs, de balayeurs, laveurs, coltineurs, colporteurs, débardeurs, bricoleurs, voire flemmardeurs. […] Paris [est] envahi par des milliers d’Arabes et de Kabyles algériens, abandonnés à eux-mêmes dans la grande ville, avec ou sans embauche, avec ou sans abri, proie facile des pires tentations, celles qui viennent des violences du sang, du chômage, de la misère, et aussi de l’ignominie des passions viles qui rôdent toujours autour des humanités à la dérive »[11]. Aussi cette population « à la dérive », devait-elle être encadrée. Godin avait été le principal instigateur de la création en 1923, dans la capitale, de la Brigade nord-africaine (BNA) qui devint le noyau central du Service des Affaires Indigènes Nord-Africaines (SAINA)[12] rattaché à la préfecture de police. Il comprenait deux sections, « surveillance et police » et « protection et assistance ». Ainsi les Algériens, de nationalité française, ne relevaient pas de l’administration ordinaire, mais d’une administration parallèle qui avait la caractéristique de lier action sociale et contrôle policier, le second terme étant le plus important. Ils faisaient ainsi l’objet d’un « apartheid administratif ». De semblables SAINA furent créés ensuite à Marseille, Lille, Bordeaux, Saint-Étienne et Lyon.

Ils étaient chargés d’aider les Algériens dans leurs démarches (en cas de chômage, pour se faire soigner par exemple), la recherche d’un emploi ou d’un logement. Plusieurs réalisations furent menées à bien : la Mosquée de Paris inaugurée en 1926, l’hôpital musulman de Bobigny achevé en 1935, des dispensaires (trois en 1932), la gestion des foyers d’hébergement pour Algériens construits grâce à l’aide de la ville de Paris et d’institutions privées (il y en eut huit au total, mais un seul fonctionnait encore à la veille de la guerre), des services sociaux, notamment offices de placement, et services administratifs. Aussi la plupart d’entre eux logeaient dans des immeubles délabrés et/ou insalubres des centres-villes, dans des baraquements d’entreprise, presque toujours dans un habitat précaire, puisque l’objectif était de les renvoyer et de limiter leur venue. La brigade nord-africaine (sous l’autorité du préfet Chiappe), comprit 32 inspecteurs en 1932.

Les SAINA remplirent-ils leur fonction ? Il ne le semble pas car ils durent se multiplier, aidés en cela par les sections policières, pour rendre dociles les travailleurs algériens. Le SAINA de Lyon est particulièrement caricatural : embauche procurée au-dessous des tarifs pratiqués, ou pour remplacer des ouvriers grévistes, forte incitation à grossir les rangs des militants des ligues de droite comme Solidarité française. Tout était fait surtout pour les éloigner à la fois du parti communiste et de l’Étoile Nord-Africaine de Messali Hadj. Ce système des SAINA qui était une copie des Bureaux arabes installés en Algérie, avait surtout comme conséquence de former un véritable cordon sanitaire isolant totalement les Algériens du reste de la population de sorte que toute sorte d’intégration leur était rendue impossible : pas de contact ni avec les syndicats, ni avec les partis politiques, foyers où ils vivaient exclusivement entre eux.

Le bilan de l’entre-deux-guerres est noir. Certes, quelques réalisations ne peuvent être négligées, notamment des foyers dans la banlieue parisienne, des dispensaires, un hôpital. Néanmoins, ce qui frappe le plus, c’est leur situation de relégués. Ce qu’il convient de noter aussi, c’est la prééminence de la préfecture de police sur la préfecture de  la Seine qui forme l’exécutif de la capitale, c’est la place prépondérante de la police dans la gestion des travailleurs algériens.

 

II – 1945-1964 : LE TEMPS DES FOYERS-HÔTELS ou « LA GUERRE D’ALGÉRIE DANS LE BÉTON » (P. Bon) ?

            La fin de la seconde guerre semble dans un premier temps marquer un changement dans la politique conduite en métropole envers les Algériens. Ceux-ci avaient en effet, contribué largement à la libération du pays (et de la Haute-Alsace en particulier). Les SAINA et la BNA qui avaient dérivé vers la collaboration sont dissous à la fin 1945 par le ministre de l’Intérieur SFIO, Adrien Tixier. Les services sociaux sont transférés de la préfecture de police au Ministère du Travail. En outre, la loi organique du 20 septembre 1947 accorde la libre circulation entre la métropole et sa colonie, de façon définitive. La gestion administrative des Algériens semble alors relever non plus d’un régime d’exception, mais du régime ordinaire appliqué à tous les Français. Cependant, comme après la première guerre, la France allait recruter de préférence, par l’intermédiaire de l’ONI, de la main-d’œuvre étrangère, espagnole et portugaise notamment.

L’impact de la guerre d’Algérie et la victoire du Ministère de l’Intérieur

                        Les Algériens n’étaient donc pas gérés par l’ONI comme les étrangers, mais par le droit commun applicable aux nationaux comme à eux. Cependant désignés par Emmanuel Blanchard comme des « citoyens diminués »,  leur condition était nettement inférieure, sans garanties matérielles (contrairement aux étrangers). Ils bénéficiaient en métropole des droits politiques, mais étaient privés d’un certain nombre de droits sociaux.            Avec l’afflux de nouveaux immigrés, les questions d’emploi et de logement notamment se posaient avec davantage d’acuité. La gestion spécifique des Algériens reprit vie en 1949, avec la création par le Ministère du Travail des contrôleurs sociaux de la main-d’œuvre nord-africaine ((CSMONA), d’une commission nationale consultative pour l’étude des questions nord-africaines ainsi que des commissions départementales dont l’organisation et le fonctionnement sont précisés en juillet 1949. Dans le Haut-Rhin, cette commission fut formée par le sous-préfet de Mulhouse, Jean Vaujour en septembre 1950 (il avait pris ses fonctions en juin) et prit le nom de CASNAHR (Comité d’action sociale nord-africaine du Haut-Rhin). Il s’agit notamment à Mulhouse comme ailleurs de loger ces Algériens. Outre la demande faite aux employeurs de créer des cantonnements d’entreprise, la solution privilégiée est celle de foyers, comme le foyer Mohammed Kheddar de Mulhouse.

Cependant dès 1951, le Ministère de l’Intérieur allait supplanter le Ministère du Travail. Les progrès de l’implantation du mouvement nationaliste en métropole et son influence grandissante sur les immigrés, inquiètent. Le compte-rendu d’une réunion tenue le 24 mai 1951 sous la présidence du préfet Damelon, directeur des services de l’Algérie, des IGAME et des préfets des départements de la métropole comportant une importante population musulmane originaire d’Algérie, indiquait qu’ « il incombait aux IGAME de « contrecarrer l’influence grandissante du MTLD et du PC sur les FMA » (qui étaient électeurs) ; « d’agir avec beaucoup de doigté pour éviter de rejeter vers les mouvements séparatistes les NA que nous devons absolument nous efforcer d’intégrer à la communauté nationale », en évitant surtout « de donner à la propagande séparatiste des arguments pour faire croire à une reconstitution de la brigade NA ». « cette action n’aura du reste d’efficacité que si elle est épaulée par une action sociale en profondeur et un encadrement professionnel et politique qui exige de grands efforts, mais pour lesquels nous sommes maintenant armés »[13]. Le début de la guerre le 1er novembre 1954 et la pression de plus en plus forte du FLN qui parvient au contrôle des bidonvilles (25 000 personnes à Paris au milieu des années 50) inquiète le Ministère de l’Intérieur qui souhaite resserrer son contrôle policier sur la population algérienne et la détacher des nationalistes par une action sociale renforcée. Malgré l’opposition du Ministère du Travail, la concurrence de plus en plus exacerbée entre les deux ministères se termina par la victoire du Ministère de l’Intérieur.

Les foyers-hôtels

                       C’est dans ces conditions que fut constituée en décembre 1956, une société d’économie mixte (habilitée à recevoir le 1 % patronal rendu obligatoire en 1953) la Société nationale de construction de logements pour les travailleurs algériens en métropole (SONACOTRAL) dont le président était Eugène Claudius-Petit et le directeur Jean Vaujour, ancien sous-préfet de Mulhouse qui avait fondé le CASNAHR. Il s’agissait de favoriser l’adaptation des Algériens à la société française. Trois objectifs sont assignés à ces logements : d’abord éduquer à l’individualisme et à la vie urbaine ces migrants, ruraux à l’origine ; ensuite confier cette tâche à l’État par le biais du logement social ; enfin exercer un contrôle et une surveillance sur leurs activités politiques[14].

Les questions financières, toujours très prégnantes, orientèrent leur choix vers la construction de grands ensembles, les plus rentables. Ils refusèrent le logement en dortoirs qui avait dominé dans l’entre-deux-guerres (hôtels pour célibataires du bassin potassique, destinés à la main-d’œuvre polonaise) et firent le choix du foyer-hôtel, plus facile à gérer (pas de décompte d’eau ou d’électricité). L’absence de normes, sauf l’obligation d’un habitat sain et propre, donnait pas mal de souplesse dans la conception qui fut plusieurs fois modifiée. La formule retenue fut celle du LOGECO (logement économique des familles) de type F5 ou F6, dans lesquelles les chambres étaient séparées par des cloisons, ce qui donnait des surfaces extrêmement petites, de 5 à 7,5 m2, et plus tard 9 m2. La cuisine était donc commune pour 6 à 8 locataires. Jean Vaujour explique ainsi ce choix : « Nous avons décidé, après des discussions importantes, d’adopter un module, si je puis m’exprimer ainsi. Premièrement, construire des appartements car à l’époque la France manquait d’appartements et nous pensions que notre mission temporaire était d’héberger des gens, des hommes venus de pays plus lointains, de l’Algérie, de l’Afrique, ou d’ailleurs, pour la période où ils étaient employés dans les entreprises et, le jour où ils repartiraient chez eux, de mettre dans ces logements, des familles. Donc, il fallait faire des cellules et des modules qui s’adaptent le mieux possible à l’occupation familiale ultérieure »[15].

Les finances de la SONACOTRAL étaient largement obérées par le prix du foncier. Aussi les foyers-hôtels furent-ils pour cette raison, mais pas seulement, construits sur des terrains à l’écart. Jean Vaujour témoigne : « … on a cherché des sols. Où les mettre ? Car, bien entendu, avant d’utiliser éventuellement les sols libérés par les bidonvilles, il fallait d’abord loger les gens qui étaient dans les bidonvilles. J’avais de bons rapports avec le maire de Nanterre, Barbet. […] C’était très lourd pour une commune. Il m’a dit : « J’ai peut-être un terrain là-bas. Il est à la limite de… » Tous les terrains que l’on nous proposait étaient à la limite de la commune voisine. Autrement dit, il y avait la volonté des maires de ne pas mélanger ces gens-là à la population locale. Ils avaient peur des réactions que les populations locales pouvaient avoir à l’encontre des Algériens. Je rappelle que nous étions au cœur des affaires algériennes »[16]    .

Se posait aussi la question de la gestion de ces foyers. Très rapidement elle fut confiée à des gérants, anciens militaires  (sous-officiers) de carrière. A. Bouteille, l’ancien directeur des études et des programmes de la SONACOTRA explique : « Il est exact que, dans la grande majorité des cas, ce recrutement se faisait auprès d’anciens sous-officiers ou officiers subalternes qui, compte tenu de leur âge, avaient servi en Algérie et souvent en Indochine. Cette spécialisation ne manquait pas de nourrir, dès le début de la SONACOTRA, une critique de néocolonialisme et de volonté d’encadrement disciplinaire des résidents des foyers… seul ce profil d’homme acceptait de vivre, avec femmes et enfants, au sein du foyer-hôtel, ayant appris à connaître et à estimer la population appelée à y résider. Il est exact que dans le contexte de fonctionnement des foyers tels qu’ils étaient à l’époque, les recrutements sur d’autres profils (travailleurs sociaux par exemple) ont souvent été des échecs. Quoiqu’il en soit, il s’est vérifié que cette génération de directeurs de foyers se sentait chargée de mission, protéger les locataires, y compris contre eux-mêmes, attitude forcément marquée par le paternalisme, mais souvent assortie de beaucoup de générosité et de dévouement »[17].

Mais dès la fin des années cinquante, les hommes n’étaient plus les seuls à immigrer, les femmes et les enfants aussi. Se posait donc la question du logement familial. Or l’état des finances limitait considérablement les possibilités de construction. Aussi au tournant des années 50/60, la SONACOTRAL créa-t-elle des filiales HLM (LOGIREP, LOGIREL, LOGIREM) qui pouvaient emprunter à des taux plus favorables (Caisse des dépôts et consignations) que ne pouvait le faire leur maison-mère qui, elle ne pouvait emprunter qu’auprès du Crédit foncier à des taux supérieurs. C’est ainsi que la SONACOTRAL participa à l’urbanisme et construisit des cités de transit et des HLM. Après l’indépendance de l’Algérie, la SONACOTRAL s’ouvrit à d’autres populations, notamment d’Afrique noire, et se transforma en SONACOTRA (Société nationale de construction pour les travailleurs). À partir de ce moment, le problème algérien réglé, le Ministère de l’Intérieur relâche son emprise sur la politique sociale et le Ministère du Travail accroît son influence.

Il n’est pas facile de porter un jugement sur ces foyers-hôtels. Ont-ils joué avant tout une fonction de contrôle sur la population algérienne pour les éloigner du FLN ? Certainement. Les gérants ont-ils seulement joué le rôle d’indics de la police ? Sans doute aussi. Il y eut bien sûr un objectif politique et policier, mais les pouvoirs publics n’ont pas seulement pensé à ça. Les populations concernées ont été prises en charge pour leur donner des conditions de vie plus décentes, pour les amener à l’individualisme sans les couper entièrement du mode de vie communautaire, leur apprendre la manière d’être français. En outre, la création de foyers a parfois (souvent ?) renforcé l’influence du FLN qui parvenait à les « noyauter  » par étages (un ou deux responsables par étage). De plus, tous les travailleurs algériens n’y furent pas logés, loin de là. Le résultat le plus tangible a été la résorption des bidonvilles, et ce n’est pas rien.

Suivant les périodes et le Ministère qui était le plus puissant, le curseur se déplaçait, soit vers le contrôle et la surveillance, soit vers l’éducation.

 

III – 1964-1980 : UNE IMMIGRATION FAMILIALE DE PLUS EN PLUS IMPORTANTE ET LA CRISE DES FOYERS-HÔTELS.

            Une immigration familiale de plus en plus importante

L’immigration familiale algérienne, contrairement à une idée reçue,  a débuté dès 1948, avec la liberté de circulation de part et d’autre de la Méditerranée (mais les premières enquêtes datent de 1952, ce qui explique que cette dernière date soit retenue). Cependant de nombreuses femmes ne restent pas, suite aux difficultés d’adaptation[18].

La guerre, c’est-à-dire les méthodes de pacification ainsi que la pression du FLN, précipite le mouvement, à partir de 1956 et surtout de 1958. Entre 1958 et 1962, le nombre de femmes passe, suivant l’estimation la plus probable de 15 000 à 25 000. Mais après les Accords d’Evian, leur nombre augmente considérablement. Les Accords maintenaient en effet la libre circulation et la possibilité de s’installer librement en métropole (d’autant que les Algériens étaient des Français). Cette mesure s’explique par la présence d’un million d’Européens en Algérie dont il était initialement prévu qu’ils restent sur place après l’indépendance et qui doivent pouvoir traverser librement la Méditerranée. Mais les exactions massives de l’OAS et sa politique de la terre brûlée entraînent à la fois le départ massif des Européens et celui des Algériens. Le gouvernement français qui préfère les Italiens, les Espagnols, les Portugais et bientôt les Yougoslaves, n’a pas prévu cette situation et n’a alors de cesse de parvenir à un contingentement de la main-d’œuvre algérienne qui sera acté par les accords Grandval-Nekkache de 1964. Le 19 septembre 1973, Boumedienne prononce l’arrêt officiel de l’immigration algérienne en France (vague de racisme anti-algérien de 1973 suite à l’augmentation du prix du pétrole) qui, à son tour, suspendra toute immigration en juillet 1974. Cette mesure est corrigée en avril 1976 par le regroupement familial. La question du logement ne se résume plus à celle des travailleurs isolés, mais à celui des familles. Or la SONACOTRA ne s’intéresse encore qu’aux foyers-hôtels et aux cités d’urgence : jusqu’en 1975/76, les 2/3 des crédits sont consacrés au logement des isolés ; ce n’est qu’après 1978 que priorité est donnée au logement des familles (environ 50 % des crédits). Le nombre de foyers passe de 59 en 1964 à 260 en 1976 (17 livraisons annuelles en moyenne).

La crise des foyers-hôtels

                       Au début des années 1970, les Algériens formaient la première communauté immigrée de France et parmi eux nombreux étaient encore les travailleurs isolés qui logeaient dans les foyers de la SONACOTRA : sur les 60 000 résidents, 70 % sont des Algériens à la fin des années 1970. Mais les années 1970 sont marquées avant tout par une désaffection des foyers qui s’exprime de deux façons, la diminution du taux d’occupation d’une part, la contestation du mode de gestion des établissements d’autre part[19].

La diminution du taux d’occupation présente cinq grandes explications ; la première concerne la situation géographique des foyers édifiés dans des zones industrielles en déclin ou en crise (1973) : bassins miniers, industries métallurgiques, achèvement de grands chantiers. La deuxième consiste dans le maintien de l’existence de garnis et taudis en centre-ville où se pressent les populations immigrées. La troisième, liée à la précédente, est la localisation des foyers, loin des centres-villes (les municipalités font obstacle à leur construction), mal desservis par les transports. La quatrième est liée au regroupement familial qui entraîne le départ des travailleurs qui vont vivre en famille. La principale explication réside essentiellement dans le fait que la population concernée ne peut plus payer les loyers (les travailleurs isolés envoient près de la moitié de leur salaire en Algérie) d’autant que les chambres sont exigües et manquent de confort.

La contestation du mode de gestion se fait de plus en plus vive : dureté et arbitraire des règlements intérieurs (chiens dans les loges des gardiens, entrée possible à toute heure des gérants dans les chambres, expulsion prononcée en cas d’affaires personnelles laissées dans des espaces collectifs, restriction des visites, interdiction des réunions politiques ou syndicales. Le passé professionnel des gérants est dénoncé : en 1972, sur 151 directeurs de foyers, 143 étaient passés par les armées coloniales. Le système coercitif et infantilisant de la SONACOTRA, assimilé à du néo-colonialisme, est mis en cause.

Aussi le foyer devient-il un lieu de lutte et de militantisme. Peu sensibles aux grandes questions tiers-mondistes comme la Palestine, les travailleurs immigrés se montrent beaucoup plus préoccupés par les aspects matériels de leur existence. La question des loyers se pose avec de plus en plus d’acuité. La clientèle de ces foyers, sans qualification et donc avec de faibles salaires, ne peut plus payer ce que demande la SONACOTRA qui doit équilibrer ses comptes. La contestation débute en 1968 dans un foyer de Compiègne géré par l’AFTAM (Association de formation des travailleurs africains et malgaches) avec dépôt d’une plainte pour pratique de prix illicites et demande de renvoi du gérant. Les militants gauchistes, maoïstes principalement, nouent des contacts dans ces foyers et inspirent les mouvements revendicatifs. Les syndicats, notamment la CFDT, et le parti communiste essaient d’encadrer le mouvement qui concerne au milieu des années 1970, des milliers de résidents qui pratiquent la grève des loyers. Cependant le principal inspirateur est le MTA (Mouvement des Travailleurs Arabes) aidé par des groupuscules maoïstes soutenus par le GISTI (Groupe d’information et de soutien des travailleurs immigrés). Puis la contestation s’étend à toute la banlieue parisienne (Seine-Saint-Denis, Nanterre) ensuite Besançon, Grenoble (malgré les logements construits à l’occasion des JO de 1968), Aix-en-Provence. En 1978, au maximum de la contestation, 133 foyers sont touchés avec près de 28 000 grévistes ; 44 % des foyers étaient en situation de blocage total ou partiel.

La situation se dénoue avec l’invention, le 3 janvier 1977, par Jacques Barrot, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Équipement, de l’aide personnalisée au logement, destinée aussi bien aux migrants qu’aux nationaux. La SONACOTRA peut augmenter ses loyers et les travailleurs immigrés isolés les plus fragiles être maintenus dans les foyers. Cependant cette grève des loyers et la contestation d’ensemble scelle la fin de cette politique.

 

CONCLUSION

            Il nous faut faire deux remarques préalables. La construction de logements pour les travailleurs immigrés montre toujours un retard sur les besoins (le temps de l’acquisition du foncier et de la construction) car elle suit l’évolution du marché de l’emploi au lieu de la précéder. Du fait de l’urgence à construire, la qualité et le confort ne figurent pas souvent parmi les premiers objectifs recherchés. C’est une différence importante avec l’Allemagne et la Suisse, très présentes elles aussi sur le marché de l’emploi des travailleurs immigrés.

Deuxième remarque : le logement des travailleurs immigrés doit être mis dans la perspective du logement ouvrier, celui des « classes laborieuses, classes dangereuses » et dans celle de la colonisation/décolonisation. Dans la première perspective, les patrons auxquels était laissée l’initiative, pratiquaient un sévère contrôle social, très coercitif, la police (ou l’armée)  n’intervenant qu’en cas de conflit social. Le travail social était instrumentalisé. Il s’agissait avant tout de faire adopter par ces populations les règles leur permettant de s’intégrer dans la communauté nationale, la tradition républicaine. Dans la seconde perspective, les populations immigrées de l’Empire sont soumises à un même contrôle social au nom d’un idéal civilisateur (qui ne vise pas à l’intégration dans la nation surtout après 1870). Comme la République refusait d’élargir la nation à l’Empire, entraînant ainsi la naissance et le développement des mouvements nationalistes et indépendantistes, le contrôle social se doubla d’un contrôle policier visant à lutter contre ces mouvements.  Loger ces immigrés pour mieux les contrôler devint une tâche essentielle. Lorsque l’indépendance des anciennes colonies fut acquise, le social, débarrassé de son empreinte coloniale paternaliste prit la première place. Il existe cependant une différence fondamentale entre le contrôle des étrangers et celui des Algériens. Le contrôle disparaît peu à peu pour les étrangers, non pas pour les Algériens.

Il faut noter encore qu’à chaque âge du logement des Algériens correspondent des identités différentes, même si elles se chevauchent. Ce sont d’abord, jusqu’à la deuxième guerre, des colonisés, des indigènes, immatures, qu’il faut assister. D’où la création des SAINA (Service d’assistance aux indigènes nord-africains) calqués sur les Bureaux arabes des communes mixtes d’Algérie. C’était la politique coloniale transposée d’Algérie en France. Vient ensuite l’Algérien, danger et ennemi  qu’il faut surveiller et quoi de mieux que des foyers où ils sont réunis pour les surveiller et au-delà faire pression sur eux. Enfin, l’Algérien, comme l’immigré des anciennes colonies, se bâtit, avec l’aide et la participation de groupes syndicaux et politiques, sa propre identité, celle de travailleurs, dans l’unité avec les travailleurs français solidaires. À l’immigré s’est substitué le travailleur, à l’assistance – et donc aux foyers – succède la lutte des classes. Mais le chômage et son cortège de conséquences entraîne pour ces travailleurs immigrés comme pour les autres, la perte de leur statut social, la déliquescence du lien social, l’amertume. Le référent n’est plus la classe ; la référence devient religieuse, ethnique, culturelle… qu’on retrouve dans les banlieues.

Enfin, dernière notation, un paradoxe. Aux plus anciens foyers sont liés les plus âgés de ces travailleurs algériens immigrés, les Chibanis[20]. Or, et le paradoxe se situe là, ces foyers aux chambres à deux ou trois lits, petites, voire exigües (4,5 à 7,5 m2) sont totalement inadaptés à l’entrée dans la vieillesse, et pourtant ils correspondent à un niveau de vie (ces Chibanis sont pauvres et envoient de l’argent à leur famille) et à un mode de vie fait de solidarité, de sociabilité qu’ils ne trouveraient pas dans un habitat « isolé ». Une des grandes questions actuelles est celle de leur relogement en cas de démolition de ces foyers.

            


[1] LEWIS Mary, Les frontières de la république. Immigration et limites de l’universalisme en France (1918-1940),  Marseille, Agone, 2010, pp. 261-299.

[2] AGERON Charles-Roger, Histoire de l’Algérie contemporaine, Paris, PUF, 1994, p. 71.

[3] Loi du 15 juillet 1914

[4] Décret du 16 décembre 1916.

[5] BONNET Jean-Charles, Les pouvoirs publics français et l’immigration dans l’entre-deux-guerres, Lyon, Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1976, p. 121.

[6]MASSARD-GUILBAUD Geneviève,  « L’immigration algérienne en France, une immigration qui fait problème ? Réflexions sur la responsabilité de l’État », in RYGIEL Philippe (dir.), Le bon grain et l’ivraie. L’État-Nation et les populations immigrées, fin XIXe – début XXe siècle, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2004, p. 80.

[7] Le directeur des Affaires indigènes du Gouvernement général d’Alger précisait à destination de ceux qui voulaient strictement interdire le départ des Algériens pour la métropole : « Il serait singulièrement dangereux de proposer au Gouvernement un projet de décret tendant à aggraver les obligations auxquelles sont soumis les indigènes se rendant en métropole […] Les décrets du 4 août 1926 et du 4 avril 1928 sont en effet d’une légalité discutable, en ce sens qu’ils apportent des restrictions aux libertés concédées par la loi du 15 juillet 1914. Mais ces textes sont passés dans l’usage et le silence s’est heureusement fait autour d’eux. C’est une raison majeure pour ne pas soulever de nouveau cette question délicate et courir le risque de provoquer des recours au Conseil d’État qui seraient vraisemblablement jugés contre l’administration ». In MASSARD-GUILBAUD Geneviève, art. cit., p. 90.

[8] Souligné par nous.

[9] In MASSARD-GUILBAUD Geneviève, art. cit., p. 84.

[10] Pierre Godin est un ancien fonctionnaire au gouvernement général d’Alger, ensuite sous-préfet de Médéa. Revenu en métropole,  il est membre du conseil municipal de Paris qu’il préside en 1926-27.

[11] Cité in MASSARD-GUILBAUD Geneviève, art. cit., p. 91.

[12] BLANCHARD Emmanuel, La police parisienne et les Algériens (1944-1962), Paris, Nouveau Monde Éditions, 2011, pp. 51-81.

[13] Cité in VIET Vincent, La France immigrée. Construction d’une politique, 1914-1997, Paris, Fayard, 1998, pp. 180-181.

[14] HMED Choukri, «  L’encadrement des étrangers « isolés » par le logement social (1950-1980).

Éléments pour une socio-histoire du travail des street-level bureaucrats ».

Genèses (Belin), 2008/3, n° 72, pp 63-81.

[15] Cité in BERNARDOT Marc, Loger les immigrés. la Sonacotra 1956-2006, Éditions du croquant, 2008.

[16] Cité in BERNARDOT Marc, op. cit., p. 73.

[17] Cité in BERNARDOT Marc, op. cit., pp. 61-62.

Voir aussi HMED Choukri, “L’encadrement des étrangers isolés” par le logement social (1950-1980). Éléments pour une socio-histoire du travail des street level bureaucrats » in Genèses, 2008/3, n° 72, pp. 63-81.

Site internet : www.cairn.info/revue-geneses-2008-3-page-63.htm

[18] Sur cette question, voir

VIET Vincent, La France immigrée. Construction d’une politique, 1914-1997. Paris, Fayard, 1998, pp. 137-393

COHEN Muriel, Des familles invisibles : politiques publiques et trajectoires résidentielles de l’immigration algérienne, 1945-1975. Thèse soutenue à Paris 1, le 7 juin 2013. Site internet :www.theses.fr/2013PA010598

[19] Voir notamment HMED Choukri, « «  Sonacotra cédera ! » La construction collective d’une identité collective à l’occasion de la grève des loyers dans les foyers de travailleurs migrants (1973-1981), in L’invention de l’immigration, Revue Agone, n° 40, 2008, pp. 81-94.

Voir aussi SAYAD Abdelmalek, L’immigration et les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boeck, 1991.

[20] Voir SAYAD Abdelmalek, L’immigration ou…, op. cit.

SAYAD Abdelmalek, La double absence. Des illusions de l’immigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Le Seuil, 1999.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *