Les étrangers et l’habitat populaire. Aperçu sur l’évolution mulhousienne de 1962 à 2010.

Communication présentée par Pierre VIDAL, urbaniste et membre de l’atelier Logements du CCPM.

 

Dans sa recherche d’une meilleure connaissance de l’histoire locale de l’habitat populaire, l’atelier « Logement ouvrier, social, populaire » du Conseil Consultatif du Patrimoine Mulhousien (CCPM) n’explore pas seulement des aspects matériels et architecturaux  de l’habitation, mais aborde aussi des  dimensions humaines et sociologiques liées à leurs occupants. Parmi ceux-ci, migrants et immigrés ont toujours été fortement représentés.

Quelques remarques préalables sur la méthodologie utilisée :

– le travail porte sur la population de nationalité étrangère et non sur la population immigrée  (en 2010, on compte à Mulhouse 117 immigrés pour 100 étrangers, ce ratio montrant de fortes différences d’un quartier  l’autre) ;

– il ne fait pas de distinctions entre étrangers, alors que ceux-ci ne constituent évidemment pas une catégorie homogène ou stable dans le temps ;

– il se fonde sur l’exploitation de recensements de population effectués par l’INSEE (en 1962, 1975, 1990 au niveau îlots et quartiers, en 2010 au niveau quartiers seuls); les situations à des dates intermédiaires ne sont donc pas prises en considération ; en outre, on sait que, de façon générale, le dénombrement des étrangers par les recensements est entaché d’imprécision et ne fournit donc que des ordres de grandeur;

– sont considérés comme « quartiers » les IRIS (définition INSEE : îlots regroupés pour l’information statistique ) dans leur définition de 2000 (les 4 IRIS des Coteaux ont cependant été regroupés);

– les variations dans les nomenclatures de catégories socioprofessionnelles (CSP) ne sont pas prises en considération, au risque d’anachronismes, mais sans réelle incidence sur les enseignements tirés.

Autrement dit, il s’agit d’une approche esquissant les grands traits de la place des populations étrangères dans l’habitat populaire de Mulhouse pendant le dernier demi-siècle. Des recherches plus complètes permettraient d’affiner ce constat et d’en préciser les aspects particuliers.

VUE D’ENSEMBLE

Si on exclut quelques grosses communes de banlieues, Mulhouse est aujourd’hui, parmi les grandes villes françaises, celle où la part d’étrangers dans la population totale est la plus élevée, tout comme d’ailleurs la part d’ouvriers dans la population active totale.

Ce taux a presque triplé en 50 ans, du fait de l’arrivée de nombreux étrangers dans un contexte de faible croissance démographique totale.

 Tableau 1

1962

1975

1990

Population totale

109 000

117 000

108 000

Population de nationalité étrangère

7 700*

17 400

18 400

* y compris 1 700 «Musulmans d’Algérie»

A titre de repère : entre 1962 et 2010, la proportion d’étrangers dans la population totale en France n’a jamais dépassé 8%.

Figure 1

F_1

La figure 1 met en évidence les différences de rythmes de développement sur une cinquantaine d’années :

– quasi stabilité du nombre total d’habitants et de la part des ouvriers et employés (= considérés comme les « catégories populaires ») parmi les actifs ;

– croissance notable du parc de logements (donc desserrement et changements de lieux de résidence)

– croissance à un rythme bien plus élevé, surtout avant 1975, de la population étrangère.

Dans l’histoire de la ville, ces évolutions sont à rapprocher de trois séquences distinctes :

– entre 1962 et 1975/1980 : prospérité et boom de la construction

– entre 1975/1980 et 1990 : succession de chocs économiques (désindustrialisation) et déclin démographique

– depuis 1990 : mutations et recherche de nouveaux « modèles ».

La population de nationalité étrangère à Mulhouse présente deux traits dominants : il s’agit d’abord d’une population appartenant très majoritairement, encore plus que la population totale mulhousienne, aux catégories populaires (tableau 2), et, sans aucun doute souvent aux plus pauvres de celles-ci.

Tableau 2  – Appartenance aux catégories populaires (2010), en % de la population active

Français Étrangers Immigrés

Ouvriers

32%

56%

52%

Employés

31%

23%

26%

Ensemble ouvriers et employés

63%

79%

78%

 

Il s’agit aussi d’une population mouvante et changeante (tableau 3):

Tableau 3  –  Nationalités les plus présentes:

 En 1967 :                                                                                                  En 2010 :

1 = Italiens                                                                                               1 = Algériens

2 = Algériens                                                                                             2 = Turcs

3 = Espagnols                                                                                            3 = Marocains

 

QUESTIONNEMENTS

Partant de ces quelques éléments de constat général, on cherche à répondre à deux interrogations :

1 – Quelle inscription dans l’espace urbain, particulièrement dans le patrimoine d’habitat populaire, des lieux de résidence des étrangers de 1962 à 2010 ?

2 – Quels facteurs d’évolution de cette répartition spatiale ?

Pour ce faire on examine trois échelles géographiques : les quartiers, les îlots, quelques sites significatifs des différentes dynamiques constatées.

Par nature, cette réflexion sera donc essentiellement axée sur le logement des ménages, les formes d’hébergement collectif (foyers, résidences sociales) étant moins abordées.

A l’ÉCHELLE DES QUARTIERS

Approche par les taux de population de nationalité étrangère.

Figure 2

F_2

La figure 2 montre que l’augmentation de population étrangère à Mulhouse entre 1962 et 2010 touche presque tous les quartiers à un moment ou un autre, mais avec d’importantes disparités, tant pour le taux d’étrangers que pour son évolution dans le temps. Le cas le plus fréquent est celui du renforcement  entre deux dates de la  présence d’étrangers, mais on observe aussi quelques situations de stabilisation ou de reculs : la géographie résidentielle des étrangers montre à la fois des signes de permanence (majoritairement) et des signes de mutation (moins fréquemment). En valeur absolue, il n’y a que 2 quartiers sur 40 où le nombre d’étrangers en 2010 est inférieur à celui de 1962 (après d’ailleurs une sensible augmentation en 1975 / 1990).

Le tableau 4  chiffre l’importance des disparités entre quartiers. La dernière période semble montrer un léger resserrement de l’écart entre quartiers où la population étrangère est peu présente et quartiers où elle est fortement implantée.

 Tableau 4  –  Présence de population étrangères : disparités entre quartiers

1962

1975

1990

2010

% maxi

55%

44%

55%

41%

% mini

3%

3%

5%

5%

 

Approche par le taux pondéré et comparaison avec la localisation résidentielle des ouvriers ou employés

Compte tenu du fort accroissement du nombre total et du pourcentage d’étrangers au cours de la période étudiée, les cartes de la figure 2 sont insuffisantes pour repérer les espaces où les étrangers sont sur- (ou sous-) représentés.  Pour mieux appréhender cet aspect, on utilise le taux pondéré, c’est à-dire le rapport entre pourcentage de population étrangère dans la population totale du quartier et  pourcentage de population étrangère dans la population totale de Mulhouse à la même date. Les cartes des figures 3 à 6 correspondent à cette approche. Elles permettent en même temps de comparer la répartition des secteurs de résidence des étrangers à celle des catégories populaires (ouvriers et employés), autrement dit d’examiner si la localisation des étrangers est similaire ou non, à un moment donné, à celle de l’ensemble des catégories populaires de la population mulhousienne..

Taux pondéré supérieur à 1,50 : sur-représentation accentuée

Taux pondéré entre 1,21 et1,50 : sur-représentation modérée

Taux pondéré entre 0,80 et 1,20 : présence proche de la moyenne mulhousienne à la même date

Taux pondéré entre 0,50 et 0,79 : sous-représentation modérée

Taux pondéré inférieur à 0,50 : sous-représentation accentuée.

Figure 3

F_3

En 1962, les secteurs où les étrangers sont sur-représentés sont soit quelques quartiers où l’habitat privé ancien vétuste ou insalubre est très présent, soit des quartiers où se trouvent des hébergements collectifs  de travailleurs étrangers (foyers ou modes similaires). L’approche par ïlots permettra d’affiner ce constat.

La comparaison avec la carte des CSP ne montre toujours que peu de similitudes entre la répartition spatiale des étrangers et celle des ouvriers ou employés. Et les écarts en termes de sur- ou sous-représentation sont beaucoup moins prononcés pour ces CSP que pour les étrangers.

Figure 4

F_4

En 1975, la sur-représentation des étrangers se constate surtout dans quelques quartiers d’habitat privé ancien  vétuste ou insalubre (Centre, Fonderie, etc.) et dans les quartiers HLM récents de Bourtzwiller. Au total 10 quartiers sur 40 connaissent une sur-représentation d’étrangers; inversement, ils sont sous-représentés dans18 quartiers.

La répartition des catégories populaires dans leur ensemble ne montre toujours que peu de ressemblance avec celle des étrangers. C’est, parmi les 4 dates analysées, celle où l’homogénéité de l’espace mulhousien est, de ce point de vue, la plus marquée.

Figure 5

 F_5

En 1990, les étrangers sont à nouveau sur-représentés dans 10 quartiers ; mais alors qu’en 1975 seuls 5 étaient en su-rreprésentation accentuée, désormais 9 quartiers mulhousiens sur 40 sont dans cette situation : si le Centre, notamment, est désormais en sur-représentation modérée, Bourtzwiller, Briand, Wolf-Wagner, Neppert, Buffon ont connu un accroissement notable la présence de population étrangère.

Pour leur part, les quartiers où les étrangers sont sous-représentés sont au nombre de 17, soit à peu près comme en 1975, avec quelques changements peu significatifs.

La carte du taux pondéré d’ouvriers ou employés reste marquée par une homogénéité bien plus forte et ne partage toujours qu’assez peu de points communs avec celle du  taux pondéré d’étrangers.

Figure 6

F_6

Pour rapport à 1990, la carte du taux pondéré d’étrangers en 2010 montre des évolutions différenciées. Les quartiers où la population étrangère est sur-représentée sont passés de 10 à 12, mais il n’y en a à nouveau plus que 5 (au lieu de 10) en sur-représentation accentuée. Les quartiers d’habitat social Drouot et Coteaux font désormais partie du groupe de quartiers en sur-représentation modérée d’étrangers. Les secteurs d’habitat privé ancien sont pour la plupart en situation de sur-représentation de la population étrangère : c’est en particulier désormais le cas de la Cité.

Dans d’autres quartiers la présence étrangère diminue : c’est en particulier le cas dans les quartiers Fonderie, Wagner et Centre.

La sous-représentation des étrangers  se constate dans 13 quartiers : une tendance vers une répartition un peu moins contrastée semble ainsi se dessiner entre 1990 et 2010.

Quant à la carte du taux pondéré d’ouvriers ou employés, elle reste toujours assez dissemblable de celle du taux pondéré d’étrangers mais marque, à l’invers de celle-ci, une légère tendance à une différenciation accrue entre quartiers mulhousiens.

Au total, il ressort des figures 3 à 6 que  :

–  dans 17 des 40 quartiers, la population étrangère est sur-représentée au moins à une des dates étudiées:

  •  4 où elle est toujours sur-représentée,
  •  4 où elle est sur-représentée à 3 dates
  •  4 où elle est sur-représentée à 2 dates
  •  5 où elle est sur-représentée à une seule date (2 en 1962, 3 en 2010)

–  comme pour les taux de population étrangère, si l’évolution la plus fréquente est l’accroissement de la présence étrangère, se rencontrent aussi des situations différentes de stabilité ou de reculs

–  les disparités entre quartiers sont bien moindres en ce qui concerne la présence des catégories populaires (ouvriers ou employés)  et il y a peu de similitudes avec la répartition des étrangers.

Approche par quartiers au regard de l’évolution du parc de logements et de celle du nombre d’étrangers

Les figures 7 à 9 offrent à un regard complémentaire sur les différences d’évolutions entre quartiers. Elles confrontent les changements intervenus entre deux recensements pour chaque quartier à la fois en matière de présence étrangère (en valeur relative et en valeur absolue) et de nombre de logements. Il s’agit donc par cette approche d’examiner dans quelle mesure l’accroissement ou le recul de la présence étrangère se relie à la dynamique de construction ou de démolition du parc de logements dans le même quartier.

Dans ce but, on distingue 9 catégories d’évolutions obtenues en croisant 3 types d’évolution du nombre de logements (augmentation / stabilité / diminution) avec 3 types d’évolution de la présence étrangère  (idem) ; les légendes des cartes 7 à 9 explicitent cette typologie.

Figure 7

F_7

Entre 1962 et 1975, le nombre d’étrangers à Mulhouse augmente très fortement, le parc de logements connaissant lui aussi un accroissement important (cf figure 1). Au niveau quartiers, il n’y a toutefois pas corrélation systématique entre les deux : les logements supplémentaires peuvent n’être que faiblement occupés par des étrangers (type B, comme à Pierrefontaine), les étrangers peuvent s’installer dans le parc existant (types D, G ou H, comme au Drouot, à la Fonderie, au Centre, etc. ) . Le cas le plus fréquent reste toutefois celui où la construction de logements s’accompagne de l’accroissement du nombre d’étrangers (type A, exemples Coteaux ou Bourtzwiller).

Les types C, F et I, correspondant à des situations de diminutions sensibles de la présence étrangère ne se rencontrent dans aucun quartier au cours de cette période.

Figure 8

 F_8

Entre 1975 et 1990, période de fort ralentissement de la construction et des premières opérations d’amélioration de l’habitat,  la répartition de la population étrangère s’opère en partie sous de nouveaux aspects.

Les quartiers de type A où l’augmentation du parc s’accompagne de l’augmentation de population étrangère ne sont plus que 3 : Coteaux (achèvement de la dernière tranche), DMC (HLM rue du Tarn) et Bourtzwiller Nord-ouest (HLM rue de Dunkerque).

La présence étrangère s’accroît aussi dans des quartiers où le parc de logements évolue peu (type D, exemples Wagner ou Briand).

La population étrangère diminue dans des quartiers très différents les uns des autres : à Bourtzwiller Ouest (où le parc de logements augmente, type C), au Centre et à Bel Air (où le nombre de logements est stable, type F), à la Fonderie ou à Dornach (où le parc de logements diminue, type I).

Pour cette période, aucun quartier ne relève du type G correspondant à une augmentation du nombre d’étrangers dans un contexte de diminution du parc de logements.

Figure 9

F_9

Au cours de la dernière période observée, de 1990 à 2010,  l’accroissement du parc de logements s’accompagne le plus souvent de l’installation d’étrangers (Daguerre, Barbanègre, etc.), mais aussi parfois d’une stabilité des effectifs étrangers (Centre, Illberg) ou même d’un recul de ceux-ci (Fonderie).

La population étrangère s’installe dans plusieurs quartiers où le parc de logements ne varie pratiquement pas (Vauban, Doller, Cité, Vieux Dornach, etc.).
La diminution de la présence étrangère se relève dans deux cas de figure : soit alors que le parc de logements augmente (Fonderie), soit alors que le parc de logements diminue par suite de démolitions en nombre significatif  Wagner, Brossolette).
Les Coteaux présentent une situation particulière combinant réduction sensible du parc de logements et faible variation du nombre d’étrangers.

Ces analyses à l’échelle des quartiers montrent à la fois l’étendue des espaces où réside une population étrangère et la diversité des dynamiques à l’œuvre au cours de la période 1962 à 2010. L’approche à l’échelle des îlots, puis celle au niveau de quelques lieux significatifs permettront de mieux apprécier les différentes situations et dynamiques qui ont pu exister à travers le territoire mulhousien.

A L’ECHELLE DES ILOTS

L’analyse à l’échelle des quartiers trouve ses limites dans leur fréquent manque d’homogénéité, tant du point de vue morphologique que sociologique.

L’approche à l’échelle des îlots permet d’appréhender plus finement et plus exactement les situations et leurs évolutions. Faute de publication des résultats de recensements à cette échelle postérieurement à 1990, elle est malheureusement cantonnée à la période 1962 à 1990.

Les figures 10 à 12 représentent les taux de population étrangère par îlot au sein des espaces d’habitat populaire. Ceux-ci sont définis comme comptant 51% ou plus d’ouvriers ou employés dans la population active.

Sont en outre cartographiés les îlots n’appartenant pas aux espaces d’habitat populaire mais où la population de nationalité étrangère est notablement présente (le seuil varie selon les périodes).

Sont en outre figurés les îlots comportant, à la date concernée, des formes d’hébergement collectif d’étrangers.

Remarque : afin de travailler sur des données significatives, les îlots de moins de 100 habitants ont été soit rattachés à un îlot voisin , soit regroupés entre eux de façon à atteindre ce seuil ; l’analyse porte ainsi sur 6 à 700 îlots ou groupements d’îlots.

Figure 10

F_10

En 1962, le taux de  population de nationalité étrangère  n’atteint ou ne dépasse 20% que dans un petit nombre de sites :

– quelques îlots dispersés dans l’espace urbain, correspondant à un habitat ancien privé dégradé ou même insalubre,

– les premiers foyers de travailleurs immigrés (Mertzau, La Rochelle) et d’autres lieux d’hébergement collectifs tels que caserne Lefebvre ou structures d’accueil implantées dans l’enceinte de plusieurs établissements industriels (SACM) ou dans des constructions de fortune (baraques de chantiers).

Le fait que, dans leur quasi-totalité, ces bâtiments aient aujourd’hui disparu confirme, s’il en était besoin, la médiocrité et souvent l’indignité des conditions de logement caractérisant ces quelques premiers noyaux à taux élevé de population étrangère.

La population étrangère est alors quasiment absente du parc HLM ; seules les cités de relogement du nouveau Drouot et de l’Armistice connaissent des taux importants d’étrangers.

Dès cette époque, pratiquement tous les étrangers résident dans des espaces d’habitat populaire : on ne relève que 3 îlots hors espaces d’habitat populaire où  ils soient nettement sur-représentés.

Figure 11

F_11

En 1975, les îlots à forte présence étrangère sont évidemment bien plus nombreux et, surtout, forment désormais plusieurs poches plus ou moins étendues réparties dans l’espace urbain. Il s’agit surtout :

– de secteurs de la vieille ville et de parties de certains quartiers anciens (Fonderie, Franklin, Neppert, etc) où l’habitat n’a été que rarement mis à niveau et a été délaissé par certains habitants allés s’installer dans les nombreux logements modernes construits en  périphérie,

– des foyers de travailleurs, dont plusieurs édifiés autour de 1970,

– de certains des ensembles HLM récents( Brossolette, Bourtzwiller, une partie des Coteaux, Waldner)

Comme en 1962, la présence d’étrangers en-dehors des espaces d’habitat populaire reste anecdotique.

Figure 12

F_12

En 1990, la plupart des poches de concentration de population étrangère se sont élargies, notamment sur un axe allant de DMC à la caserne Lefebvre où prédomine l’habitat locatif privé ancien dépourvu de confort.

Dans le parc HLM la présence de population étrangère s’est renforcée dans certains ensembles (Coteaux, Wagner, Wolf, Bourtzwiller), alors qu’elle reste faible ou moyenne dans d’autres groupes (Drouot, Sellier).

Dans quelques secteurs, la présence de population étrangère est en recul : c’est le cas dans le centre ancien, dans certains îlots du quartier Fonderie, du Vieux Dornach ou des environs de la rue de Bâle.

Hors espaces d’habitat populaire, la présence étrangère reste toujours marginale.

L’analyse à l’échelle des îlots fournit également quelques enseignements supplémentaires sur la répartition spatiale de la population de nationalité étrangère et l’évolution dans le temps de cette distribution.

Le tableau 5 fournit des précisions sur le processus de concentration de la population étrangère ; il montre clairement qu’une part importante de la population étrangère se concentre dans quelques-uns des espaces d’habitat populaire. On retiendra en particulier que, en 1990 comme en 1975, près d’un étranger sur 5 réside dans un secteur où le taux d’étrangers dépasse 50%.

Tableau5

% de la population étrangère totale de 1962 % de la population étrangère totale de 1975 % de la population étrangère totale ‘de 1990
Espace d’habitat populaire comptant plus de 50% d’étrangers

11%

21%

19%

Espace d’habitat populaire comptant  33 à 50% d’étrangers

8%

21%

27%

Espace d’habitat populaire comptant  20 à 32% d’étrangers

12%

22%

20%

Espace d’habitat populaire comptant  10 à 19% d’étrangers

28%

22%

19%

Espace d’habitat populaire comptant    0 à 9% d’étrangers

31%

10%

8%

Hors espaces d’habitat populaire

11%

4%

8%

Mulhouse

100%

100%

100%

 

Le tableau 6, qui porte sur des ordres de grandeur, confirme la place prépondérante du logement privé dans l’accueil de la population de nationalité étrangère, quelque soit la date considérée et malgré un accroissement constant de la part du parc HLM jusqu’en 1990.

Après cette date, l’augmentation de population étrangère se constate principalement dans les quartiers comptant peu de HLM.

Tableau 6

Statut dominant d’occupation

% de la population étrangère de 1962

% de la population étrangère de 1975

% de la population étrangère de 1990

Hébergement collectif

16%

8%

7%

Parc locatif social

8%

21%

30%

Parc privé

76%

71%

63%

Ensemble

100%

100%

100%

 

AU NIVEAU DE QUELQUES SITES REPRÉSENTATIFS

Cette dernière approche porte sur des sites (ensembles de logements, groupes d’îlots, quartiers ou parties de quartiers) particulièrement représentatifs des différentes situations ressortant des analyses menées à l’échelle de l’ensemble des quartiers ou îlots de Mulhouse. Elle opère notamment un rapprochement entre évolutions de la présence étrangère et mutations de l’habitat populaire.

F_12

Centre historique : la vieille ville réhabilitée

Figure 13

F_13

Dans ce secteur du centre historique prédomine un habitat hérité en grande partie des XVIIIe et XIXe siècles.

1962

1975

1990

2010 (estimations)

Nombre d’étrangers

300

800

340

280

% de la population totale

12%

40%

21%

20%

 

La présence étrangère, déjà relativement importante en 1962, s’accroît très fortement en 1975, dans des logements souvent très vétustes et dépourvus de confort, en partie tenus par des marchands de sommeil, et alors que la population totale du centre ville accuse une baisse sensible.

Suit une sensible diminution, en valeur absolue comme en valeur relative, alors que la qualité des logements anciens est sensiblement améliorée suite aux premières OPAH mulhousiennes, que sont édifiés quelques nouveaux immeubles d’habitation et que plus généralement le centre historique retrouve une attractivité urbaine et résidentielle.

Fonderie : la longue mutation d’un vieux quartier ouvrier

F_14

Ce très ancien  quartier ouvrier et industriel a connu de  profondes transformations depuis les années 1960 :

– logements neufs remplaçant l’habitat insalubre

– logements construits sur d’anciennes emprises industrielles (friches)

– amélioration partielle de certains logements anciens.

1962

1975

1990

2010 (estimations)

Nombre d’étrangers

670

1330

700

480

%  de la population totale

20%

51%

43%

20%

 

En 1962, les étrangers, déjà relativement nombreux, résident soit dans des logements exigus et vétustes voire insalubres ou taudifiés, soit au sein de l’emprise de la SACM (hébergement collectif dans des locaux distincts des logements de l’entreprise situés entre rue des Monteurs et rue de la Fonderie).

En 1975, leur nombre a fortement augmenté et la population étrangère compte pour la motié de la population totale du quartier (jusqu’à 80% dans quelques îlots) alors que le parc de logements a peu évolué.

La population étrangère va ensuite constamment diminuer en valeur absolue comme en valeur relative. Les logements sociaux construits en remplacement des l’habitat insalubre détruit (rue des Bains, rue Saint-Michel) sont peu occupés par des étrangers. Il en est de même pour les logements édifiés sur les friches industrielles.  Par contre, les étrangers restent très présents dans l’habitat ancien subsistant dont une partie n’a d’ailleurs pas été substantiellement amélioré malgré une OPAH et un classement du quartier parmi les sites  prioritaires au titre de la « Politique de la Ville ».

Rue du Runtz et alentours : l’amorce de renouvellement d’un quartier populaire

Ce quartier comporte trois parties distinctes

F_15

– A : la première Cité ouvrière  (1853 à 1855)

– B : des rangées de petits collectifs de rapport entre rue Koechlin et rue de Rouffach  édifiés autour de 1865

– C : des rangées de petits collectifs de rapport entre rue du Runtz et rue Dollfus , construits entre 1860 et 1885 , où s’amorce depuis une dizaine d’années un renouvellement du bâti.

Nbre d’étrangers en 1962

% étrangers en 1962

Nbre d’étrangers en 1975

% étrangers en 1975

Nbre d’étrangers en 1990

% étrangers en 1990

Nbre d’étrangers en 2010

% étrangers en 2010

A

20

4%

100

18%

90

18%

B

110

10%

160

26%

190

31%

C

260

12%

620

36%

800

48%

Quartier

400

10%

880

30%

1080

39%

940

33%

Au niveau du quartier considéré dans son ensemble, la présence étrangère augmente jusqu’aux années 1990 (année où le taux d’étrangers dépasse 60% dans plusieurs îlots), puis diminue légèrement tout en restant très au-dessus de la moyenne mulhousienne en 2010.

Cette forte présence étrangère correspond à un parc quasi exclusivement privé de logements de petite taille dépourvus de confort. Au fil des ans et d’opérations de réhabilitation / restauration, la tendance est à l’augmentation du nombre moyen de pièces par logement (par regroupement de logements), à l’installation d’éléments de confort sanitaire et à l’accroissement de la proportion de propriétaires occupants. Simultanément, l’intervention de bailleurs sociaux sous forme d’acquisitions – améliorations contribue à la mise en valeur du ce patrimoine d’habitat populaire.

Cité ouvrière (ouest) : l’évolution d’un quartier constitué

F_16

Ce quartier se compose de deux espaces urbains très peu modifiés depuis la période de leur édification :

–  A : la 2ème Cité proprement dite (carrés mulhousiens, 1856 à 1897)

–  B :  rangées continues de petits collectifs (entre 1890 et 1910).

Nbre d’étrangers en 1962

% étrangers en 1962

Nbre d’étrangers en 1975

% étrangers en 1975

Nbre d’étrangers en 1990

% étrangers en 1990

Nbre d’étrangers en 2010

% étrangers en 2010

A

100

3%

360

14%

370

16%

B

50

3%

230

18%

320

28%

Quartier

150

3%

590

16%

690

20%

1000

26%

 

La présence d’étrangers a constamment  augmenté dans le quartier de 1962 à 2010, mais à des niveaux et des rythmes différents entre les deux secteurs. Alors que dans la Cité proprement dite le taux d’étrangers est proche de la moyenne mulhousienne, il est nettement supérieur, dès 1975, dans le secteur B.

Cette présence étrangère s’accompagne d’une érosion du nombre de logements (regroupements, vacance), d’amélioration du confort, d’augmentation de la proportion de propriétaires occupants.

Drouot : deux aspects de l’habitat social

F_17

Le quartier Drouot accueille deux types d’habitat social :

–  A : l’ancien Drouot, réalisation HBM (1930 à 1953), réhabilité après 1990

–  B : le nouveau Drouot (1956/60), en partie composé de « programmes de relogement ».

Nbre d’étrangers en 1962

% étrangers en 1962

Nbre d’étrangers en 1975

% étrangers en 1975

Nbre d’étrangers en 1990

% étrangers en 1990

Nbre d’étrangers en 2010

% étrangers en 2010

A

30

1%

60

3%

140

7%

B

210

14%

420

37%

430

45%

Quartier

240

5%

480

14%

570

20%

650

22%

 

Un fort contraste existe, au moins jusqu’en 1990, entre les deux secteurs, représentatif de l’existence de logiques différenciées d’occupation et d’attribution du parc social. Dès 1962, le nouveau Drouot, alors partiellement construit, est un des tout premiers ensembles HLM de Mulhouse où les étrangers sont sur-réprésentés. Dans l’ancien Drouot, composé de logements moins bien équipés, les étrangers sont sous-représentés de 1962 à 1990.

A noter que l’augmentation continue, en valeur absolue comme en valeur relative, de la présence étrangère au Drouot s’inscrit dans un contexte de diminution sensible du nombre total d’habitants du quartier.

Bourtzwiller (partie) : les évolutions différenciées d’un quartier d’habitat social des années 1960

F_18

Cette partie de Bourtzwiller comporte plusieurs ensembles de logements populaires des années 1955 / 1970, dans lesquelles la présence de population étrangère est très contrastée :

– A : site comprenant initialement le foyer La Rochelle (foyer COTRAMI pour travailleurs migrants de 1960, aujourdhui remplacé par la résidence sociale ALEOS) et le groupeHLM des 420 construit en 1963/1965 aujourd’hui démoli et en cours de reconstruction sous forme de plusieurs unités distinctes (Berges de la Doller),

– B : la cité de relogement HLM de l’Armistice (Mulhouse Habitat) édifiée de 1954 à 1958

– C :  le groupe HLM  LogiEst rue de Toulon (1967 / 1973)

– D :  le groupe Picasso HLM (Mulhouse Habitat) construit en 1956 / 1959

– E :  trois ensembles construits par une filiale des Mines de Potasse d’Alsace entre 1957 et 1972

– F :  le lotissement Saint-Antoine, logements de type LOGECO construits en 1956 /1957 par une filiale immobilière de l’entreprise de construction Savonitto,

– G : le groupe HLM Victor Hugo (Mulhouse Habitat) construit entre 1959 et 1962.

 

Nbre d’étrangers en 1962

% étrangers en 1962

Nbre d’étrangers en 1975

% étrangers en 1975

Nbre d’étrangers en 1990

% étrangers en 1990

Nbre d’étrangers en 2010

% étrangers en 2010

A

230

100%

1000

39%

1410

57%

270

45%

B

90

15%

150

30%

220

50%

C

470

54%

500

60%

D

70

7%

110

17%

140

26%

E

90

6%

50

4%

120

11%

F

20

5%

180

40%

90

27%

G

40

4%

60

8%

160

17%

Quartier

640

13%

2220

21%

2860

30%

1700

25%

Quartier sauf A

410

6%

1220

15%

1450

20%

1430

23%

 

Trois catégories se distinguent :

–  des groupes de logements où la population étrangère est fortement surreprésentée (et majoritaire en 1990) : groupe LogiEst (C), cité de relogement de l’Armistice (B) et groupe des 420 (A),

–  des groupes de logements où les étrangers, sans être majoritaire, sont surreprésentés : groupe HLM Picasso (D) et groupe de promotion privée du lotissement Saint-Antoine (F),

–  des groupes de logements populaires où les étrangers sont sous-représentés : ensembles des Mines de Potasse ( E) et ensemble HLM Victor Hugo (G).

Coteaux : le devenir d’un grand ensemble

Dans ce quartier édifié de 1961 à 1977 (secteur résidentiel de la ZUP) composé  principalement de locatif social, on note une présence importante d’étrangers, avec des situations contrastées au sein du quartier.

F_19

Pour illustrer ces contrastes, on retient six groupes de logements :

– A : logements HLM (Mulhouse Habitat) de la rue Paul Cézanne,

– B : logements HLM (Mulhouse Habitat) de la rue Alexandre Dumas,

– C :  logements en copropriété Plein Ciel

– D : logements de la SCIC (aujourd’hui de Immobilière 3F) de la rue Delacroix

– E :  logements en copropriété de la rue Albert Camus,

– F : logements HLM (Mulhouse Habitat) de la rue Mathias Grunewald.

Nbre d’étrangers en 1975

% étrangers en 1975

Nbre d’étrangers en 1990

% étrangers en 1990

Nbre d’étrangers en 2010

% étrangers en 2010

A

60

5%

50

5%

B

70

12%

60

12%

C

30

5%

10

2%

D

110

20%

1050

38%

450

27%

E

310

26%

220

24%

F

320

21%

230

20%

Quartier

1650

16%

2230

21%

2200

26%

 

Dès 1975, la proportion d’étrangers dans la population du quartier est supérieure à la moyenne mulhousienne, et ce différentiel augmente au fil du temps.

La démolition de 230 logements intervenue au début des années 2000 explique la baisse du nombre d’étrangers entre 1990 et 2000 dans le secteur D, mais ne s’accompagne pas de diminution du nombre d’étrangers au niveau du quartier pris dans son ensemble. Cette stabilisation en valeur absolue, alors que le nombre total d’habitants diminue sensiblement, explique l’augmentation du taux de population étrangère aux Coteaux.

EN CONCLUSION, QUE RETENIR ?

  • Pratiquement tous les étrangers, à Mulouse,  résident en secteur d’habitat populaire.
  • Cette répartition est très inégale : la moitié des étrangers habitent des sites où ils sont nettement sur-représentés, parfois majoritaires. Inversement, leur présence est faible dans certains autres quartiers populaires.
  • La géographie de la présence de population étrangère est pour partie fluctuante et évolutive. Certains espaces d’habitat populaire abritent constamment une présence étrangère significative; dans d’autres, moins nombreux,  la présence étrangère augmente ou diminue selon les moments. En dernière période, apparaissent quelques signes de léger rééquilibrage spatial.
  • Les étrangers résident :

–  en grande majorité dans le parc privé ancien, parfois très vétuste ou longtemps insalubre

–  pour une minorité dans le parc social (HLM), plus souvent dans ses segments «bas de gamme»

–  pour une petite minorité en foyers / résidences sociales.

  • Souvent, l’habitat des étrangers est caractérisé par des situations de surpeuplement, ou du moins, pour les dates les plus récentes, par un taux d’occupation sensiblement supérieur à la moyenne.

Enfin, les approches effectuées permettent d’avancer quelques facteurs explicatifs des différentes dynamiques d’évolution de cette géographie:

– l’offre quantitative  de logements : construction neuve et vacance dans le parc de logements (souvent suite au départ des habitants pour des logements neufs) permettent l’accueil, entre autres et le plus souvent, d’étrangers ; inversement, les démolitions conduisent à des déplacements de population concernant souvent les étrangers en tant qu’occupants de logements obsolètes ;

– la qualité de l’habitat (coût, état, taille) paraît en partie déterminante pour une population disposant en général de faibles ressources ; d’où des concentrations souvent relevées dans des secteurs de logements vétustes ou médiocres en principe moins coûteux ; la corrélation fréquente entre taux élevé de population étrangère à un moment donné et disparition quelques années plus tard des habitations concernées le confirme ; par ailleurs l’inadaptation de l’habitat aux attentes des habitants est une des causes de vacance ;

– les politiques urbaines de réhabilitation génèrent également, à des degrés plus ou moins notables, des déplacements de population, soit pour des motifs économiques (loyers après travaux) soit pour des raisons techniques (réduction du nombre de pièces) ;

– les pratiques d’attribution des organismes bailleurs de logements sociaux, en grande partie dictées par les modes de programmation et de financement des constructions ou réhabilitations, conduisent à  de forts contrastes entre organismes et entre groupes d’habitation d’un même bailleur  social (HLM) ;

– les stratégies individuelles des personnes étrangères jouent également un rôle moteur, qu’il s’agisse de rechercher un rapprochement avec d’autres habitants de même origine (entre-soi ou logiques communautairers) ou, par exemple, de s’orienter vers l’accession à la propriété ;

– l’arrivée en plus grand nombre de personnes d’une origine donnée peut conduire à des implantations privilégiées dans certains secteurs (exemple : les Asiatiques aux Coteaux) ; par contre la diminution du nombre de ressortissants d’une nationalité (par mouvement naturel, départs ou naturalisations) peut expliquer le recul du nombre d’étrangers sur un site ou un quartier ;

– et bien sûr, la mise en œuvre au niveau local des politiques nationales du logement ou d’intégration des immigrés a des conséquences plus ou moins directes sur l’offre d’habitat comme sur les modalités de résidence des populations étrangères.

La place de la population étrangère dans l’habitat populaire mulhousien  relève ainsi d’un ensemble de causes dont la diversité, la complexité et l’interdépendance invitent à éviter des explications trop générales et à examiner de façon fine la situation et l’évolution de chaque lieu.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *