Résumés

Yves FREY

Agrégé et docteur en histoire, chercheur au CRESAT (Centre de recherches sur les économies, les
sociétés et les arts – Université de Haute-Alsace).

DISCIPLINER ET SURVEILLER
Le logement des immigrés algériens 1920-1980

La première guerre mondiale qui a vu la France mobiliser les populations colonisées et
notamment les Algériens sur le champ de bataille et dans les usines, n’apporte pas de changement
notable à ces populations. En métropole, elles ne sont plus désirées et très mal acceptées. C’est le
rétablissement du statu quo ante bellum. Il s’agit donc avant tout de les empêcher de s’installer
durablement. Aussi, à part quelques organisations charitables, rien n’est fait pour les loger.
Après la deuxième guerre mondiale au cours de laquelle les troupes coloniales jouèrent un
rôle important dans la libération de la Haute-Alsace, les Algériens ne peuvent plus ni être interdits
d’accès, ni être renvoyés de métropole depuis la loi du 20 septembre 1947. La question du logement
ne peut plus être esquivée. C’est dans le contexte du mouvement nationaliste qui se développe, puis
de la guerre d’indépendance, que la SONACOTRAL, une société d’économie mixte préfigurée à
Mulhouse dès les années 1950-51, est créée en 1956. Elle affiche un objectif avoué, l’action sociale et
un autre plus dissimulé, la lutte contre le FLN. Une vingtaine d’années plus tard, la SONACOTRAL
devenue SONACOTRA, assimilée à une « prison », est contestée par les résidents-locataires qui
mènent une grève des loyers au contenu politique, celui d’une lutte des classes. Elle se termine en
1980.

Lire l’article 

 

Gilles DESRUMAUX

Délégué général de l’UNAFO et membre du Haut Comité Pour le Logement des Personnes Défavorisées

Des foyers aux résidences sociales : un nouveau référentiel de politique publique

Les politiques publiques construisent, en miroir avec les acteurs d’un secteur donné, des référentiels
d’action publique. Dans le champ du logement des immigrés s’est élaboré dans les années 50-70 un
référentiel caractérisé par des modalités spécifiques d’intervention, un public cible, des missions
déterminées, une forme de bâti, un droit particulier et des acteurs dédiés. Nous examinerons
comment le plan de traitement des anciens foyers de travailleurs migrants et leur passage en
résidences sociales transforme en profondeur, terme à terme, les données de ce référentiel
sectoriel, à la frontière entre les politiques du logement et les politiques sociales, en lien étroit avec
l’évolution globale des politiques publiques.

Lire l’article

 

Murielle MAFFESSOLI et Loïc RICHARD

Respectivement : Directrice de l’Observatoire Régional de l’Intégration et de la Ville (www.oriv-alsace.org), Directeur d’Aléos (www.aleos.asso.fr)

Le logement des travailleurs immigrés âgés. Éléments issus d’un rapport parlementaire.

La conférence des Présidents, réunie le mardi 20 novembre 2012, avait décidé, sur proposition de
Claude Bartolone, Président de l’Assemblée nationale, la création d’une mission d’information sur les
immigrés âgés. Cette mission visait par des auditions et des visites de terrain à analyser les difficultés
auxquelles les personnes âgées immigrées (plus particulièrement les 800.000 immigrés âgés de plus
de 55 ans originaires de pays tiers à l’Union européenne) sont aujourd’hui confrontées : conditions
de logement précaires et inadaptées aux besoins de personnes en perte d’autonomie, isolement,
santé défaillante, problèmes d’accès à la retraite, aux droits sociaux, à la nationalité.
Les auditions ont débuté en janvier 2013. Le 3 juillet 2014, la mission d’information parlementaire
sur les immigrés âgés rendait public son rapport, intitulé « Une vieillesse digne pour les immigrés
âgés : un défi à relever d’urgence ». Le rapport comporte 82 propositions.
Celles-ci se relèvent de plusieurs domaines, dont notamment celui du logement. Il s’agit selon les
rapporteurs d’ « assurer aux immigrés vieillissants des conditions de logements adaptées ». Les
propositions faites visent, selon eux, à « en finir avec l’anomalie du vieillissement en foyer de
travailleurs migrants » mais aussi à « encourager le développement de résidences sociales et des
services offerts par celles-ci » enfin à « insérer dans la ville les structures accueillant des immigrés
âgés ». Dans cette perspective, ils mettent en avant 23 propositions.
Nous nous proposons de revenir sur cette mission parlementaire pour la remettre en perspective
dans son contexte en rappelant l’importance de prendre en compte la question du logement des
immigrés âgés pour terminer en rendant compte des éventuelles évolutions législatives dans ce
domaine.

 

Pierre VIDAL

Urbaniste retraité, co-animateur de l’atelier « Logements ouvriers, sociaux, populaires » du Conseil
Consultatif du Patrimoine Mulhousien

LES ÉTRANGERS ET L’HABITAT POPULAIRE

Aperçu sur l’évolution mulhousienne de 1962 à 2010

En près de deux siècles s’est édifié à Mulhouse un important parc de logements destiné aux ouvriers
et aux catégories populaires, constituant aujourd’hui un patrimoine social et urbain diversifié,
souvent intéressant pour ses formes bâties et sa valeur mémorielle.
Dans l’histoire de cette ville, l’immigration générée par l’essor ou les mutations économiques a
constamment été liée à la question du logement. L’analyse ici présentée vise à repérer différentes
manières selon lesquelles une partie croissante de l’habitat populaire a été occupée par les immigrés
(plus exactement les étrangers) dans la période 1962 à 2010.
L’approche par « quartiers » fait apparaître évolutions et permanences dans la localisation des
espaces de résidence des étrangers. Le regard d’ensemble sur les secteurs où la population étrangère
est nombreuse permet de s’interroger sur l’existence et la nature de liens entre types d’habitat et
présence (ou sous-représentation) d’étrangers. Enfin, l’étude plus détaillée de quelques sites
représentatifs conduit à mettre en parallèle catégories d’habitat, transformations urbaines et part
des étrangers dans la population.
L’ambition d’une telle réflexion, par une meilleure connaissance des processus de peuplement d’une
partie de l’habitat populaire, est d’aider à mieux appréhender les enjeux que pose l’avenir de ce
patrimoine.

 

Jean-Paul BAUM

Conseiller technique à l’Habitat (retraité), co-animateur de l’atelier « Logements ouvriers, sociaux,
populaires » du Conseil Consultatif du Patrimoine Mulhousien

Mulhouse, années 1990 à 2000, une nouvelle approche de la politique du                                                             logement en faveur des populations défavorisées

Le dysfonctionnement du marché du logement à Mulhouse a incité la municipalité nouvellement
élue en 1989 à mettre en place un outil d’analyse et de réflexion intégrant la politique de l’habitat
dans le service de la Mission du Développement Urbain.
Les objectifs assignés en matière d’habitat étaient d’élaborer et d’inventer les réponses adaptées au
maintien du seuil de la population mulhousienne autour de 110 000 habitants tout en procédant à un
rééquilibrage de l’offre de logement sur l’ensemble du territoire de la commune.
Une première analyse a permis de constater la perte annuelle d’un millier d’habitants sur plusieurs
années se déplaçant notamment vers la couronne mulhousienne, Cet abandon de la ville centre,
marquée par le vieillissement du parc de logements anciens des quartiers populaires, a favorisé le
regroupement des populations défavorisées et immigrées : d’une part, ces nouveaux arrivants
acquéraient ces immeubles dégradés et d’autre part les propriétaires en difficulté pour réaliser les
travaux de modernisation de leur patrimoine mettaient en location des logements insalubres.
Les secteurs les plus concernés ont été les quartiers de la porte du miroir, les quartiers Briand et
Franklin, les quartiers Vauban et Neppert.
Une batterie de réponses a été élaborée et expérimentée passant par la création, pour la première
fois en France d’un Programme Social Thématique (PST) instauré par la loi Besson de 1990 ainsi que
la réalisation d’une douzaine d’Opérations Programmées pour l’Amélioration de l’Habitat (OPAH) en
faveur des quartiers anciens et sur des copropriétés dégradées pendant plus d’une décennie.
Des partenariats avec les bailleurs sociaux et les organismes agrées en faveur de la production du
logement à destination des personnes défavorisées seront à l’origine d’une nouvelle offre de
logements sociaux implantés de manière diffuse dans le tissu urbain de la ville.
L’incitation pour l’entrée en travaux des nouveaux propriétaires et l’accompagnement social des
locataires feront également partie des réponses apportées.

Lire l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *